Afrique à l’Afrique

«L’Afrique est une terre riche en opportunités MAIS…»

Nous avons tous entendu cette phrase maintes fois. Bien qu’une grande partie de ces MAIS soient vrais, nous devons reconnaître que les choses changent et s’améliorent. Lors d’une récente conférence à Johannesburg, la présidente de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a lancé sa déclaration avec force: “Je ne cherche pas d’aide, je recherche des investissements pour l’Afrique”.

Cela donne clairement le ton pour les décennies à venir. Les Africains ont réalisé leur potentiel (comme d’autres avant les Africains!) Et intensifient leur jeu pour libérer les richesses du continent. Les premiers venus sur le continent – principalement des investisseurs asiatiques avisés – ont généré une valeur considérable grâce aux investissements réalisés sur tout le continent, principalement dans le cadre de projets d’infrastructure et de production d’énergie bien nécessaires. Cependant, les dernières années n’ont pas été les meilleures en termes d’investissements directs étrangers («IDE») hors du continent. Un montant de USD 41 milliards a été investi en 2017, en baisse par rapport au sommet de USD 74 milliards en 2013 [1]. Les chiffres de 2018 ne devraient pas être très éloignés de ceux de l’année dernière et la tendance à la baisse des investissements est une préoccupation et une menace pour le rêve africain.

Dans le contexte actuel, il devient de plus en plus important pour l’Afrique de réduire sa dépendance aux flux extra-continentaux et de promouvoir les investissements intrarégionaux, parallèlement aux investissements internationaux. Personne ne connaît mieux l’Afrique que les Africains et les entreprises africaines qui investissent sur le continent sont mieux placées pour générer des rendements plus élevés. Considérons Shoprite Holdings; ce sont les plus grands détaillants de produits de grande consommation sur le continent [2], devant des concurrents européens tels que Spar. Leur croissance soutenue et leur pénétration réussie du marché ont été largement motivés par la connaissance des marchés locaux. Des sociétés comme Old Mutual et Sanlam ont eu des expériences similaires dans le secteur des assurances et des services financiers au sens large.

Dans le même esprit, l’Agenda 2063 de l’Union africaine insiste sur la nécessité d’un investissement intrarégional en tant que nouveau moyen de renforcer l’intégration régionale et de stimuler la croissance économique [3]. L’augmentation des investissements des entreprises africaines peut contribuer aux efforts d’intégration de la région. Alors que de plus en plus d’entreprises africaines s’orientent vers des investissements intra-continentaux, la zone de libre-échange continentale (dont l’objectif est de faire passer l’Afrique vers une zone de libre-échange continentale composée de 54 pays comptant au total plus d’un milliard d’habitants et un PIB supérieur à 3 USD .4 trillions [4]!) Définis par l’Union africaine deviennent plus ciblés. L’Afrique du Sud et le Maroc figurent parmi les principaux pays qui investissent en Afrique en nombre de projets. Le Kenya, le Nigéria et Maurice sont également des sources importantes d’investissements intra-africains.

Tous les investissements comportent un élément de risque et nous savons que le risque d’investissement du continent a toujours été supérieur à celui d’autres régions du monde, plusieurs obstacles ayant été soulignés par les investisseurs. Cependant, ces obstacles dépassent-ils les opportunités que le continent peut offrir aux investisseurs? Nourriture pour la pensée. Certes, la plupart des pays africains ne peuvent pas toujours répondre à toutes les conditions recherchées par les investisseurs – un environnement économique et politique incertain, une bureaucratie administrative accablante et des lacunes en infrastructures peuvent entraver les investissements. Toutefois, d’un point de vue intercontinental, de nombreux obstacles à la promotion des investissements africains en Afrique sont en train d’être levés dans le cadre du programme d’intégration et de prospérité du continent. Des mesures telles que la suppression des visas aux frontières et la promotion de la connectivité des compagnies aériennes sur tout le continent ont déjà été mises en œuvre et sont essentielles à la transformation économique. La promotion des investissements intra-africains aidera le continent à atteindre plus rapidement ses objectifs de développement.

En tant que Mauriciens et Africains, nous avons un rôle important à jouer dans le projet de développement du continent en nous positionnant comme le Centre financier international («SFI») pour l’Afrique. Une aspiration intéressante pour nous serait de devenir ce que Singapour est en Asie, en Afrique. Bien que les investisseurs extra-continentaux aient l’avantage d’utiliser Maurice comme plateforme d’investissement en Afrique, que ce soit pour notre environnement commercial porteur (1er en Afrique et 20ème dans le monde [5]]), notre main-d’œuvre bilingue hautement qualifiée, notre réseau des accords de promotion et de protection des investissements (“IPPA”) et des accords de non double imposition (“DTAA”), notre offre est tout aussi convaincante pour les investisseurs intercontinentaux. De nombreuses entreprises sud-africaines ont déjà utilisé Maurice comme tremplin pour investir dans d’autres juridictions africaines, avec de nombreuses réussites. D’autres suivent.

La SFI de Maurice héberge l’une des plus anciennes banques commerciales de l’hémisphère sud et dispose d’un système bancaire sophistiqué, avec plus de 20 banques opérant sur l’île, notamment des banques classiques et islamiques. En conséquence, traiter avec le continent est une formalité. Sa bourse, la Mauritius Stock Exchange («SEM»), ne cesse de s’améliorer et exploite deux marchés, à savoir le marché officiel et le marché du développement et des entreprises, deux plates-formes utilisées par des entreprises du continent africain. Les différentes options pour structurer les entreprises mondiales ont également joué un rôle primordial dans le renforcement de la compétitivité de la SFI à Maurice. Les commandités choisissent souvent de domicilier leurs fonds à Maurice, ce qui leur donne la possibilité de structurer et de déployer facilement des capitaux dans des sociétés de portefeuille prometteuses tout en offrant à leurs commanditaires une protection de responsabilité et une efficacité fiscale. Pour ces raisons, entre autres, Maurice est le domicile privilégié de nombreux investisseurs centrés sur l’Afrique

Avec la présence de cabinets d’avocats internationaux et locaux, Maurice offre également d’excellents services juridiques aux entreprises locales et internationales sur tous les aspects du droit des sociétés, du droit commercial et de la réglementation. Le Privy Council du Royaume-Uni est la plus haute instance d’appel pour régler les litiges. Le pays héberge également la plupart des meilleurs cabinets de comptabilité et d’audit, le tout dans un environnement bien réglementé. La juridiction mauricienne est considérée comme une juridiction conforme aux normes de l’OCDE et a été saluée pour son engagement continu à appliquer les meilleures normes en matière de transparence et d’échange d’informations à des fins fiscales [6]. Avec de tels attributs, la Maurice, la SFI, a créé le cadre permettant aux investisseurs africains et internationaux prêts à saisir les opportunités d’investissement en Afrique.

Face à la diminution des flux d’investissements directs étrangers dans le monde et à la volatilité des perspectives internationales, les entreprises africaines peuvent toujours stimuler la croissance de l’Afrique en diversifiant leurs investissements et leur présence sur le continent. Avec le renforcement de la coopération entre les secteurs privé et public, les rendements des investissements et la croissance seront catalysés, ce qui se traduira par des environnements commerciaux plus sûrs et prévisibles. Notre rôle? Eh bien, la promesse d’une Afrique connectée et prospère devrait nous guider dans nos efforts pour positionner Maurice en tant que plate-forme de choix pour les investissements africains.

Antish Bissessur

Manager - Corporate Advisory

Antish a rejoint Rogers Capital en 2018 et est responsable de l’équipe de conseil en d’entreprise. Il assiste nos clients dans leurs besoins de financement, en se concentrant sur les transactions sur le continent africain. Antish est titulaire d’un BA en comptabilité et finance de l’Université de Manchester (Royaume-Uni) et d’un Master en commerce international et gestion de la Manchester Business School (Royaume-Uni). Il est également expert-comptable agréé (ACA) et membre de l’Institut des experts-comptables agréés d’Angleterre et du pays de Galles.